Myriam et Louise incarnent deux figures de la maternité, en lien avec l’histoire de la condition de la femme, souvent liée à la condition de porteuse d’enfant (qui fait de cette fonction l’essentiel de sa vie[5]). Le fait de savoir comment tout va se terminer n'enlève rien à la tension dramatique car le mystère et le suspense ne font que s'épaissir au fil de notre rencontre avec ces personnages. A propos du livre "Chanson douce" Spécialement conçue pour les grands lecteurs et aussi pour les élèves, l’analyse détaillée du roman Chanson douce de Leïla Slimani (disponible au format PDF) est un excellent complément de lecture pour étudier l’œuvre en profondeur.Un résumé intégral de ce roman, accompagné d’une analyse approfondie des personnages, assure une bonne compréhension globale de l’intrigue qui … 22/08/2016 21:39, Je suis très curieuse vis-à-vis de cette auteure, j'aimerais bien découvrir son univers mais j'hésite entre son premier et ce nouveau roman :). 22/08/2016 20:33, Un billet bien tentant ...... "malaise" "glaçant" "dérangeant "prenant"...... Je pense que je devrais aimer...:), Je pense aussi... Mon seul bémol est que quand je l'ai eu fini, il m'a manqué quelque chose, une impression d'incomplet... mais je ne sais pas quoi... peut-être que quand je trouverai, je complèterai mon billet à ce sujet ^^, Alex-Mot-à-Mots Résumé : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Le titre y réfère, renvoyant à la berceuse chantée à l’enfant par sa mère. Louise m’apparaît comme une victime déterminée dès son enfance et son milieu social à connaître une vie dramatique . Glaçant. "Le bébé est mort", c'est de cette façon que s'ouvre "Chanson douce", et grâce à l'écriture tranchante de l'auteur, on a l'impression d'être plongé de force au coeur de cette scène de crime, un peu comme si on se trouvait dans la lumière agressante des flashs d'appareil photo des enquêteurs. Car si au début elle apparait comme la perle rare indispensable, petit à petit, le lecteur découvre sa part d'ombre, effrayante, derrière des choses aussi anodines qu'un ongle qui gratte un carreau, une partie de cache-cache ou une carcasse de poulet. Il a obtenu, le 3 novembre 2016, le prix Goncourt1 dès le premier tour de scrutin2. de l'appartement finit par envahir complètement le lecteur. C hanson douce est le second roman de Lëila Slimani, après Dans le jardin de l’ogre (2014) et la poursuite d’une exploration romanesque du complexe territoire du féminin. Leila Bekti est la mère , très crédible. La dernière modification de cette page a été faite le 30 octobre 2020 à 12:39.   = J'ai apprécié mais... « se lire comme un livre implacable sur les rapports de domination et la misère sociale », « [ce] n'est pas un [policier] pourtant, plutôt une fable tragique. Des gestes et des paroles humilient Louise, cette jeune femme si mystérieuse et torturée sous ses dehors parfaits, la menace est là, d’autant plus explicite pour le lecteur que le dénouement est énoncé dès les premières pages du roman : « le bébé est mort » (Adam), Mila ne survivra pas à ses blessures, quant à Louise, « elle n’a pas su mourir. MyaRosa Puis derrière ce drame, il y a une réflexion intéressante sur l'argent et le temps, sur la solitude, et surtout, sur toutes ces domestiques, souvent étrangères, plus ou moins bien traitées par leurs patrons choisissant de satisfaire leurs ambitions professionnelles, parfois au détriment de leur vie de famille. 3 – Le film . Pour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.

Toutefois il qualifie l'œuvre littéraire d'exceptionnelle et de rafraîchissante dans le genre. Appuyez sur Esc pour annuler. Je compte bien lire son premier maintenant !

Francine Descarries-Bélanger et Christine Corbeil, « Prix Goncourt : les livres primés font-ils toujours recette ? Les normes permettaient aux acteurs sociaux de s’approprier le corps des femmes et des enfants, thème ici repris.  = Je n'aime pas sur l'argent et le temps, sur la solitude, et surtout, sur toutes ces domestiques, souvent étrangères, plus ou moins bien traitées par leurs patrons choisissant de satisfaire leurs ambitions professionnelles, parfois au détriment de leur vie de famille.

= J'ai détesté Scarlett Julie